L'ensemble des scripts et bibliothèques bash utilisés pour maintenir l'infrastructure du Tetalab. Ce socle Bash est une version légère et adaptée du socle Bash essentiellement développé par Emmanuel Confrère, éminent DBA Calédonien.
You can not select more than 25 topics Topics must start with a letter or number, can include dashes ('-') and can be up to 35 characters long.

LISEZMOI.txt 40KB

123456789101112131415161718192021222324252627282930313233343536373839404142434445464748495051525354555657585960616263646566676869707172737475767778798081828384858687888990919293949596979899100101102103104105106107108109110111112113114115116117118119120121122123124125126127128129130131132133134135136137138139140141142143144145146147148149150151152153154155156157158159160161162163164165166167168169170171172173174175176177178179180181182183184185186187188189190191192193194195196197198199200201202203204205206207208209210211212213214215216217218219220221222223224225226227228229230231232233234235236237238239240241242243244245246247248249250251252253254255256257258259260261262263264265266267268269270271272273274275276277278279280281282283284285286287288289290291292293294295296297298299300301302303304305306307308309310311312313314315316317318319320321322323324325326327328329330331332333334335336337338339340341342343344345346347348349350351352353354355356357358359360361362363364365366367368369370371372373374375376377378379380381382383384385386387388389390391392393394395396397398399400401402403404405406407408409410411412413414415416417418419420421422423424425426427428429430431432433434435436437438439440441442443444445446447448449450451452453454455456457458459460461462463464465466467468469470471472473474475476477478479480481482483484485486487488489490491492493494495496497498499500501502503504505506507508509510511512513514515516517518519520521522523524525526527528529530531532533534535536537538539540541542543544545546547548549550551552553554555556557558559560561562563564565566567568569570571572573574575576577578579580581582583584585586587588589590591592593594595596597598599600601602603604605606607608609610611612613614615616617618619620621622623624625626627628629630631632633634635636637638639640641642643644645646647648649650651652653654655656657658659660661662663
  1. Historique
  2. Le socle Bash est une version allégée d'un ensemble de bibliothèques et fonctions écrit en grande partie par Emmanuel Confrère, émminent DBA Calédonien qui nous a autorisé à l'utiliser au sein du Tetalab, et dont l'utilité est d'assurer la cohérence des scripts qui s'appuient dessus.
  3. Ce socle Bash est fiable et robuste. Il peut sans aucun doute être utilisé en production à la condition que l'ensemble des conseils listés dans la documentation soient respectés.
  4. Entre autres fonctionalités ce socle Bash permet aux scripts qui s'appuient dessus:
  5. La gestion de l'historique d'exécution
  6. La gestion des logs
  7. La gestion des fichiers temporaires
  8. La gestion des options et arguments
  9. La gestion des erreurs
  10. La standadisation de l'affichage
  11. ...
  12. Installation
  13. L'installlation du script bash est simple et nécessite les droits root.
  14. Éditez le fichier de configuration ./conf/install_init.conf de manière à ce que les variables qui y sont définies correspondent à vos besoins.
  15. # La variable d'environnement qui définira l'emplacement
  16. # de l'ensemble du socle Bash
  17. NC_EXPL_ROOT=/opt/tetalab
  18. export NC_EXPL_ROOT
  19. # Le repertoire d'installation des fichiers de profiles système
  20. PROFILE_DIR=/etc/profile.d
  21. # Le nom du fichier de profile système à créer
  22. PROFILE_FILE=tetalab.sh
  23. # Utilisateur administrateur de l'infrastructure
  24. ADMIN_USER=asr
  25. # Groupe des utilisateurs habilités à utiliser le socle
  26. ADMIN_GROUP=asr
  27. Lancez l'installation en tant qu'utilisateur root (ou sudo):
  28. sudo ./install.sh
  29. Documentation
  30. Sommaire
  31. I - Arborescence du socle
  32. II - Variables d'environement
  33. 1 - Variables globales
  34. 2 - Variables de session
  35. III - Utilisation du socle bash
  36. 1 - Cartouche
  37. 1.1 Élements du cartouche
  38. 1.2 Versionnement sémantique
  39. 1.2.1 Usage
  40. 1.2.2 Format
  41. 1.2.3 Sémantique
  42. 2 - Initialisation du socle
  43. 3 - Structure d'un script
  44. 4 - Actions realisées au lancement d'un script
  45. IV - Nomenclature
  46. 1 - Fichiers temporaires
  47. 2 - Nom des exécutables
  48. V - Description et usage des bibliothèques
  49. 1 - fct_message
  50. 2 - fct_affiche_ligne
  51. 3 - fct_erreur
  52. 4 - fct_unique_exec
  53. 5 - fct_libere_exec
  54. 6 - fct_usage
  55. 7 - fct_rotation
  56. 8 - fctpath
  57. 9 - fct_params
  58. I - Arborescence du socle
  59. La racine des dossiers utilisée par le socle Bash est définie par la variable d'environement NC_EXPL_ROOT. Cette dernière est initialisée à la connexion par l'appel au fichier de profile (voir installation)
  60. Cette arborescence ainsi que les variables d'environement qui en découlent sont utilisées par tous scripts Bash
  61. Sous l'arborescence ${NC_EXPL_ROOT} on trouve les dossiers suivants :
  62. +-----------------+-----------------------------------------------------------------------------------------------+
  63. | Dossier | Description |
  64. +-----------------+-----------------------------------------------------------------------------------------------+
  65. | {Racine}/bin | Contient les binaires (scripts Bash) |
  66. | {Racine}/conf | Contient les fichiers de configuration des scripts, ainsi que du socle |
  67. | {Racine}/cpt | Contient les fichiers de comtpe-rendus génerés par les script (purge auto, 8 jours par défaut)|
  68. | {Racine}/dat | Contient les fichiers de données gérés par les scripts |
  69. | {Racine}/hist | Contient l'historique d'exécution des scripts (pas de purge) |
  70. | {Racine}/lib | Contient les bibliothèques chargées par le socle |
  71. | {Racine}/log | Contient les fichiers de logs d exécution des scripts (purge auto , 8 jours par défaut ) |
  72. | {Racine}/man | Contient les fichiers d'aide des scripts pour l'utilitaire "man" |
  73. | {Racine}/mod | Contient les fichiers modèles (templates) à usage des scripts |
  74. | {Racine}/msg | Contient les fichiers de messages des scripts utilisés par la bibliothèque "fct_erreur" |
  75. | {Racine}/tmp | Contient les fichiers temporaires des scripts |
  76. +-----------------+-----------------------------------------------------------------------------------------------+
  77. Note: Sous chaque dossier vous trouverez un fichier texte lisezmoi.txt decrivant l'usage du répertoire.
  78. II - Variables d'environement
  79. Le socle utilise deux groupes de variables. Le premier dit "global" le second "de session".
  80. Sauf si explicite, les variables globales sont définies et exportées à la connexion. Elles sont donc utilisables par tous les scripts, mais elles ne sont pas modifiables.
  81. Les variables de session sont définies à l'execution d'un script et lui sont propres. Cependent certaines d'entre elles sont transmises aux scripts enfants:
  82. SH_SESSION_ID
  83. SH_FICLOG
  84. SH_FICCPT
  85. SH_RETENTION_CPT
  86. SH_RETENTION_LOG
  87. SH_NIV_DEBUG
  88. SH_SILENCE
  89. SH_AFF_SID
  90. Les variables de session sont modifiable à 2 niveaux. De facon globale dans le fichier init.conf ou pour un script particulier dans le fichier ${NC_EXPL_CFG}/<Nom_du_script>.conf.
  91. La valeur définie dans init.conf sera utlisée sauf si elle a été surchargée dans le fichier de configuration du script.
  92. Il y a cependant une spécificite pour SH_RETENTION_CPT et SH_RETENTION_LOG:
  93. ces variables sont définies une et une seule fois lors de la première initialisation. Ce qui signifie qu'un script qui aurait surchargé ces variables ignorera l'initialisation de ces variables si il est appelé par un autre script.
  94. 1 - Variables globales générales
  95. +-------------------+----------------------------+
  96. | Nom | Usage |
  97. +-------------------+----------------------------+
  98. | NC_EXPL_ROOT | Racine /opt/expl |
  99. | EXPL_ROOT | Alias pour NC_EXPL_ROOT |
  100. | NC_EXPL_BIN | Pointe vers {Racine}/bin |
  101. | NC_EXPL_CFG | Pointe vers {Racine}/conf |
  102. | NC_EXPL_CPT | Pointe vers {Racine}/cpt |
  103. | NC_EXPL_DAT | Pointe vers {Racine}/dat |
  104. | NC_EXPL_HST | Pointe vers {Racine}/hist |
  105. | NC_EXPL_LIB | Pointe vers {Racine}/lib |
  106. | NC_EXPL_LOG | Pointe vers {Racine}/log |
  107. | NC_EXPL_MAN | Pointe vers {Racine}/man |
  108. | NC_EXPL_MOD | Pointe vers {Racine}/mod |
  109. | NC_EXPL_MSG | Pointe vers {Racine}/msg |
  110. | NC_EXPL_TMP | Pointe vers {Racine}/tmp |
  111. | RUBYLIB | vaut ${NC_EXPL_LIB} |
  112. | NC_EXPL_SRVBATCH | Nom du serveur Batch |
  113. +-------------------+----------------------------+
  114. Les variables NC_EXPL_ROOT, EXPL_ROOT et NC_EXPL_SRVBATCH sont définies dans le fichier de profile (voir installation)
  115. Les autres variables NC_* sont définies dans le fichier profile_init.env
  116. 2 - Variables de session
  117. Cette liste n'est pas exhaustive, seules les principales variables sont citées.
  118. +--------------------+-------------------------------------------------------------------------------+
  119. | Nom | Usage |
  120. +--------------------+-------------------------------------------------------------------------------+
  121. | SH_SESSION_ID | Numero unique d'exécution : <TimeStamp>_<PID> |
  122. | SH_SILENCE | Active ou non l'affichage des messages via fct_message. Par defaut vaut "non" |
  123. | SH_PROG | Nom du script |
  124. | SH_LOGUSER | Compte initial de connexion au serveur |
  125. | SH_EXECUSER | Compte courant exécutant le script |
  126. | SH_DIR | Dossier hébergeant le script |
  127. | SH_PROG_VERSION | Version du script |
  128. | SH_FICTRC | Pointe vers le fichier ${NC_EXPL_HST}/<Nom_du_script>.hist |
  129. | SH_FICMSG | Pointe vers le fichier ${NC_EXPL_MSG}/<Nom_du_script>.msg |
  130. | SH_FICCFG | Pointe vers le fichier ${NC_EXPL_CFG}/<Nom_du_script>.conf |
  131. | SH_FICSEM | Pointe vers le fichier /dev/shm/<Nom_du_script>.sem |
  132. | SH_FICLOG | Pointe vers le fichier ${NC_EXPL_LOG}/<Nom_du_script>.log |
  133. | SH_FICCPT | Pointe vers le fichier ${NC_EXPL_CPT}/<Nom_du_script>.cpt |
  134. | SH_NIV_DEBUG | Vaut 0 par défaut. Niveau d'affichage dans les fichiers de traces |
  135. | SH_RETENTION_CPT | Vaut 8 par défaut. Duree de rétention en jours des fichiers de compte-rendus |
  136. | SH_RETENTION_LOG | Vaut 8 par défaut. Duree de rétention en jours des fichiers de traces |
  137. +--------------------+-------------------------------------------------------------------------------+
  138. Remarque : Les variables SH_SILENCE et SH_NIV_DEBUG sont controlées par les options "-s" et "-dbg" si la gestion des options a été activée.
  139. III - Utilisation du socle bash
  140. Cette partie décrit sommairement les quelques règles d'usage pour écrire un script Bash avec le socle.
  141. 1 - Cartouche
  142. Les scripts doivent commencer par le cartouche ci-dessous :
  143. +----------------------------------------------------------------------------------------------------+
  144. | |
  145. | #!/bin/bash |
  146. | ##---------------------------------------------------------------------------- |
  147. | ## Script : <Nom_du_script> |
  148. | ## Module Puppet : <Nom_du_module_hebergeant_le_script> |
  149. | ## Auteur : <Auteur ayant cree le script> |
  150. | ## Date : <Derniere_date_d_actualisation_au_format_JJ-MM-AAAA> |
  151. | ## Version : <Version> |
  152. | ## Objet : <Resume de la fonction> |
  153. | ## |
  154. | # ---------------------------------------------------------------------------- |
  155. | # Mise a jour : |
  156. | # <Version> <Date> - <Auteur> - <Action> : <Description> |
  157. | # 0.0.1 08-06-2016 - Toto Laricot - Cre : Creation |
  158. | # 0.0.2 08-09-2016 - Titi Alapeti - Ano : Ce truc est faux |
  159. | # ---------------------------------------------------------------------------- |
  160. | # Dependance : |
  161. | # @DEP: <Nom_du_script>:<Version[-|+]> |
  162. | # ---------------------------------------------------------------------------- |
  163. | # Liste des options et arguments |
  164. | # @OPT: <type>:<nom>:<var>:<nb_arg>:<def_val>:<OptE>:<OptI>:<ctl_val> # <Commentaire> |
  165. | # @OPT: <type>:... # <Commentaire> |
  166. | # @ARG: <type>:<var>:<nb_arg>:<def_val>:<ctl_val> # <Commentaire> |
  167. | ##---------------------------------------------------------------------------- |
  168. | ## |
  169. | ## Syntaxes : |
  170. | ## -------- |
  171. | ## |
  172. | ## prompt> <Nom_du_script> <Liste_des_arguments_et_options> |
  173. | ## |
  174. | ## <Opt1> : <Description> |
  175. | ## |
  176. | ## Fonctionnement : |
  177. | ## -------------- |
  178. | ## |
  179. | ## <Que fait le script dans les details et comment ca marche......> |
  180. | ## |
  181. | ##---------------------------------------------------------------------------- |
  182. +----------------------------------------------------------------------------------------------------+
  183. Note: Les lignes commençant par 2 "#" sont utilisées pour générer l'aide, leur maintient est donc nécéssaire pour garantir la fiabilité de l'information. Ce sont ces lignes qui sont lues lors de l'utilisation de l'option par defaut "-h".
  184. 1.1 Elements du cartouche
  185. 1.1.1 Meta-données
  186. <Action>: peut prendre les valeurs suivantes:
  187. cre : Création du script.
  188. evo : Évolution du script -> Ajout de nouvelles fonctionnalités, Amélioration du code.
  189. ano : Correction du code suite à un comportement inattendu.
  190. typo : Ajout de commentaires, de texte ou corrections gramaticales sans influence sur le code.
  191. <Auteur>: <Prenom> <Nom>
  192. <Version>; : Format x.y.z Pour le suivi des versions on utilisera le versionnement sémantique (voir paragraphe III-1.2).
  193. 1.1.2 Paragraphe
  194. Mise à jour: Ce paragraphe est utilisé pour suivre l'evolution des versions. La dernière version en vigueur doit être reportée dans le premier paragraphe.
  195. Dépendance: Permet de définir la liste ainsi que la version des scripts qui sont appelés. Dans le cas d'un changement cela permet de connaître les scripts qui sont impactés. Pour le moment aucun script n'exploite cette méta-donnée qui est presente pour un future usage.
  196. Liste des options: La déclaration des options n'est pas obligatoire.
  197. Si aucune déclaration n'est présente alors la bibliothèque params.lib ne fait aucune action. Dans ce cas les options par défaut -h, -log, -hist, -cpt, -s et -dbg ne seront pas disponibles.
  198. Si le script ne nécessite pas d'option mais que l'on souhaite disposer des options par défaut, il faudra déclarer une option bidon.
  199. # @OPT: f:bidon::::::
  200. Si la déclaration existe alors le socle gèrera les paramètres en entrée du script, ainsi que les options par défaut -h, -log, -hist, -cpt, -s et -dbg.
  201. Ces mots clé sont reservés et ne peuvent pas être utilisés par le script.
  202. La déclaration est réalisée dans le paragraphe "Liste des options et arguments". Chaque option est identifiée par l'entête de ligne "# @OPT:" suivi de la description.
  203. La description consiste en une liste de paramètres séparés par ":"
  204. <type>:<nom>:<var>:<nb_arg>:<def_val>:<OptE>:<OptI>:<ctl_val>
  205. L'ordre des paramètres est figé et tous doivent etre présents.
  206. 8 champs sont obligatoires, soit 7 caractères ":" (on ne compte pas le caracatère ":" suivant @OPT).
  207. Exemple de déclaration valide :
  208. # @OPT: fb:h::0:::
  209. # @OPT: fb:s::0:::
  210. # @OPT: f:dbg:SH_NIV_DEBUG:0/1:::
  211. # @OPT: fb:log::0:::
  212. # @OPT: f:hist:SH_ARG_HIST:0/1:10::
  213. # @OPT: oM:i:G_INSTANCE:1/1:ALL:dbid:
  214. # @OPT: oM:pr:G_PR_NOM:1/1:sq,t,l:
  215. <type>: Propriété de l'attribu défini par l'aggrégation des lettres suivantes:
  216. f -> Option falcultative
  217. b -> Booléen
  218. o -> Option obligatoire
  219. M -> Argument transformé en majuscule
  220. <nom>: nom de l'option (sans le tiret). Attention le nom de l'option est sensible à la casse.
  221. <var>: nom de la variable dans laquelle sera stockée le(s) argument(s) si plusieurs arguments alors un tableau sera initialisé <var[n]> L'index [n] commence à zero. Le nombre d'arguments effectivement passés à la commande est ${#<var>[*]}. La valeur max de l'index [n] est ${#<var>[*]} - 1.
  222. <nb_arg>: nombre d'arguments attendus de la forme "min/max", "min/", "max" ou "" si vide ou "0" alors l'option est booléene. la forme "min/" considère le nombre max non determiné (infini)
  223. <def_val>: Valeur par défaut assignée à <var> Fonctionne si <nb_arg> vaut 0/1 1/1
  224. <OptE>: Liste des options mutellement exclusives séparées par une virgule.
  225. <OptI>: Liste des options inclusives séparées par une virgule.
  226. Lors de l'initialisation les marqueurs "@OPT" sont lues et analysées. Le résultat est comparé aux arguments et options sousmis au script et les variables suivantes sont initialisées ...
  227. SH_OPTION_<nom>: Initialisée à "1" (Vrai) ou "0" (Faux) selon que l'option est respectivement utilisée ou non. Il existe toujours une variable par option déclarée. Ceci concerne aussi les options par défaut gérées par la bibliothèque params.lib.
  228. SH_ARG_<nom>: Cette variable existe uniquement si le champ <var> est null et si le type n'est pas booléen. Par défaut elle est initialisée à null ou avec la valeur <def_val> Si le champs <var> est renseigné, alors SH_ARG_<nom> est remplacée pas <var>. Si l'option associée peut prendre plusieurs arguments, alors les variables SH_ARG_<nom> ou <var> sont des tableaux dont l'index commence a zéro. La taille du tableau peut etre récuperée via ${#SH_ARG_<nom>[*]} ou ${#<var>[*]}.
  229. Les options -h, -s, -log [id], -hist [N] et -dbg N sont prises en charge automatiquement. Ces noms sont donc reservées.
  230. Les options par défaut réalisent les actions suivantes :
  231. -h : Affiche l'aide du script (Ligne du cartouche qui commence par "##")
  232. -s : Mode silence. Plus d'affichage sur le terminal.
  233. Initialise la variable SH_SILENCE a "oui"
  234. -log [id] : Affiche le dernier journal ou le journal "id" (identifiant de session d'exécution).
  235. -cpt [id] : Affiche le dernier compte-rendu ou le Compte-rendu "id" (identifiant de session d'execution).
  236. -hist [N] : Affiche l'historique des "N" dernières executions (N=10 par défaut)
  237. -dbg N : Activation du mode debug au niveau "N". Active les messages gérés par la bibliothèque fct_message
  238. dont l'option -debug est utilisée.
  239. Arguments: La déclaration des arguments du script n'est pas obligatoire
  240. Attention: Si aucune option "@OPT:" n'est déclarée alors il n y aura pas de prise en charge des arguments.
  241. Si votre script ne nécessite pas d'option, mais qu'il presente des arguments, il faudra alors déclarer une option bidon :
  242. # @OPT: f:bidon::::::
  243. La déclaration est réalisé dans le paragraphe "Liste des options et arguments". Elle est identifiée par l'entête de ligne "# @ARG:" suivi de la description.
  244. Il ne peut y avoir qu'une ligne de description pour les arguments. (Si plusieurs lignes avec le marqueur @ARG existent, alors seule la premiere est prise en compte).
  245. La description consiste en une liste de paramètres séparés par ":"
  246. <type>:<var>:<nb_arg>:<def_val>:<ctl_val>
  247. L'ordre des paramètres est figé et tous doivent être présents.
  248. <type>: Propriété de l'attribu défini par l'aggrégation des lettres suivantes:
  249. f -> Argument falcultative
  250. o -> Argument obligatoire
  251. M -> Argument transforme en majuscule
  252. <var>: nom de la variable dans laquelle sera stockée le(s) argument(s) si plusieurs arguments alors un tableau sera initialisé <var[n]> L'index [n] commence à zero. Le nombre d'arguments effectivement passés à la commande est ${#<var>[*]}. La valeur max de l'index [n] est ${#<var>[*]} - 1.
  253. Si <var> n'est pas renseigné alors la variable SH_ARGS[] est initialisée
  254. <nb_arg>: nombre d'arguments attendus de la forme "min/max", "min/", "max" ou "". si vide alors on considère que le nombre d'arguments est a minima de 1. la forme "min/" considère le nombre est a minima de "min".
  255. <def_val>: Valeur par défaut assignée à <var> Fonctionne si <nb_arg> vaut 0/1 1/1
  256. Attention: Si le caractère "&" est présent dans la valeur d'un argument, alors cette valeur doit être encadrée par une simple quote et le caractère "&" doit être protégé par un anti-slash "\".
  257. si le caractère "&" n'est pas protégé le shell génèrera un fils qui tentera l'execution d'un script portant le nom de la valeur de l'argument ! Effet de bord garanti !
  258. 1.2 Versionnement sémantique
  259. 1.2.1 Usage
  260. L'idée de l'utilisation du versionnement sémantique est de définir clairement les intentions d'un changement dans un code pour les clients de ce dernier. Ceci permet de fiabiliser la mise en place de dépendances et de déterminer les impacts d'un changement.
  261. 1.2.2 Format
  262. Le format utilisé est le suivant: X.Y.Z
  263. X est l'identifiant de version majeure.
  264. Y est l'identifiant de version mineure.
  265. Z est l'identifiant de version de correction.
  266. 1.2.3 Sémantique
  267. Version majeure X: Il vaut "0" lors du développement, le script est considéré non valide et ne devrait pas être appelé par d'autres scripts. Une fois le script valide la version doit etre 1.0.0 (première version stable).
  268. Il doit etre incrementé si des changements dans le code n'assure plus la compatibilité ascendante. Les identifiants de version mineure et de correction doivent etre remis à zero quand l'identifiant de version majeure est incrementé.
  269. Version mineure Y: Doit être incrementé lors de l'ajout de nouvelles fonctionnalités ou d'amélioration du code qui n'ont pas d'impact sur la compatibilité ascendante. L'identifiant de version de correction doit être remis a zero lorsque l'identifiant de version mineure est incrementé.
  270. Version de correction Z: Doit être incrementé si seules des corrections rétro-compatibles sont introduites. Une correction est définie comme un changement interne qui corrige un comportement incorrect. Il peut être incrementé lors de correction typographique ou grammaticale.
  271. 2 - Initialisation du socle
  272. Par défaut les bibliothèques du socle sont chargées à la connexion. Mais pour qu'elles puissent être operationnelles il faut initialiser les variables de session.
  273. Ceci est réalisé en sourcant le fichier "${NC_EXPL_CFG}/init.conf" au debut du script :
  274. Remarque: L'analyse des options et arguments est aussi réalisée par "${NC_EXPL_CFG}/init.conf".
  275. +----------------------------------------------------------------------------------------------------+
  276. | |
  277. | #!/bin/bash |
  278. | ##---------------------------------------------------------------------------- |
  279. | . |
  280. | <CARTOUCHE> |
  281. | . |
  282. | ##---------------------------------------------------------------------------- |
  283. | #----------------------------------------------------------------------------- |
  284. | # Initialisation de l environement |
  285. | #----------------------------------------------------------------------------- |
  286. | if [ ! -f ${NC_EXPL_CFG}/init.conf ] |
  287. | then |
  288. | echo "Fichier d initialisation du socle ${NC_EXPL_CFG}/init.conf n existe pas !" |
  289. | echo "Arret du script par securite" |
  290. | exit 250 |
  291. | else |
  292. | . ${NC_EXPL_CFG}/init.conf |
  293. | fi |
  294. +----------------------------------------------------------------------------------------------------+
  295. 3 - Structure d'un script
  296. Voici les éléments qui devraient être présents a minima dans les script Bash. Ceci est recommandé pour assurer une homogénéite dans l'ensemble du socle.
  297. #!/bin/bash
  298. ##----------------------------------------------------------------------------
  299. .
  300. <CARTOUCHE>
  301. .
  302. ##----------------------------------------------------------------------------
  303. #-----------------------------------------------------------------------------
  304. # Initialisation de l environement
  305. #-----------------------------------------------------------------------------
  306. if [ ! -f ${NC_EXPL_CFG}/init.conf ]
  307. then
  308. echo "Fichier d initialisation du socle ${NC_EXPL_CFG}/init.conf n existe pas !"
  309. echo "Arret du script par securite"
  310. exit 250
  311. else
  312. . ${NC_EXPL_CFG}/init.conf
  313. fi
  314. #-----------------------------------------------------------------------------
  315. # Definition des fonctions
  316. #-----------------------------------------------------------------------------
  317. #
  318. function fct_un
  319. { ...
  320. }
  321. #-----------------------------------------------------------------------------
  322. function fct_deux
  323. { ...
  324. }
  325. #-----------------------------------------------------------------------------
  326. # Programme principal MAIN
  327. #-----------------------------------------------------------------------------
  328. #
  329. fct_message "${SH_PROG}"
  330. fct_message "version ${SH_PROG_VERSION}"
  331. # -- Initialisation des variables par defaut
  332. # -- ---------------------------------------
  333. G_VAR1=${G_AVR1:="Valeur par defaut"} # <Comentaire>
  334. ...
  335. # -- Contrôle de cohérence des options
  336. # -- --------------------------------
  337. # -- Traitement
  338. # -- ----------
  339. ...
  340. fct_erreur 0
  341. Note: La construction G_VAR1=${G_AVR1:="Valeur par défaut"} permet de définir une variable avec une valeur par défaut, qui peut être surchargée dans le fichier de configuration ${NC_EXPL_CFG}/<Nom_du_script>.conf
  342. Concernant les fonctions fct_message et fct_erreur voir le chapitre V.
  343. 4 - Actions réalisées au lancement d'un script
  344. Le script commence par le chargement de la configuration ". ${NC_EXPL_CFG}/init.conf" un certain nombre d'actions sont effectuées par défaut en plus de l'initialisation des variables de session.
  345. Initialisation des variables de session (Cf. II.3)
  346. Génération d'un numéro de session unique sous la varable ${SH_SESSION_ID}
  347. Chargement du fichier ${SH_FICCFG}
  348. Rotation des fichiers ${SH_FICLOG} et ${SH_FICCPT} selon les rétentions respective ${SH_RETENTION_LOG} et ${SH_RETENTION_CPT}
  349. Purge des fichiers temporaires (${NC_EXP_ROOT}/tmp) antérieurs selon la retentions ${SH_RETENTION_LOG} et suppression des fichiers générés par le script utilsant le socle dans ${NC_EXP_ROOT}/log et ${NC_EXP_ROOT}/cpt
  350. Ecriture dans le fichier ${SH_FICTRC} de la date de début exécution ainsi que les arguments passés au script
  351. Initialisation du fichier ${SH_FICLOG} à vide
  352. Analyse des paramètres passés au script
  353. Cette analyse ne fonctionne que si les options ont été déclarées dans l'entête du script (Cf. III.1.1.2)
  354. IV - Nomenclature
  355. 1 - Fichiers temporaires
  356. Les fichiers temporaires doivent etre écrits dans le répertoire ${NC_EXPL_TMP}. Les noms des fichiers temporaires sont de la forme : <Libre>_${SH_SESSION_ID}.tmp De cette facon il seront gérés par le socle (Suppresion automatique).
  357. 2 - Nom des exécutables (fichiers du dossier ${EXPL_ROOT}/bin )
  358. Les noms des fichiers doivent être de la forme :
  359. <pre>_<descr>
  360. <pre>_<descr>.<language>
  361. <pre>_<app_source>_<app_dest>[_<libre>].<language>
  362. <app>_<descr>.<language>
  363. <pre>: est une des valeurs suivantes : "sys", "dba", "exp", "ctl", "aud", "int"
  364. "sys": Scrits d'administration système.
  365. "dba": Scripts d'administration base de données Ces scripts peuvent présenter des risques et doivent faire l'objet d'une attention particulière lors de leurs exécution.
  366. "exp" : Scripts d'exploitation dévolus principalement aux traitements réccurents Ces scripts sont réservés à l'exploitation courante. Il peuvent modifier le système dans le cadres de traitements réccurents. Leurs exécution est de risque modére, comme respecter une date d'execution. Il sont reservés à l'exploitation système uniquement. Dans le cas d'un traitement réccurrent pour le compte d'une application le nom doit être de la forme _.
  367. "int" : Scripts dédiés aux interfaces entre applications Ces scripts doivent faire l'objet d'une attention particulière car il peuvent modifier les données applicatives et peuvent être contraints par des conditions d'execution.
  368. "ctl" : Script de contrôle (dévolu principalement au système de monitoring)
  369. "aud" : Script d'audit ne modifiant pas le système. Ces scripts peuvent être executés sans aucun risque.
  370. <descr> est libre, doit refléter si possible la fonction du script.
  371. <language> est une des valeurs suivantes :
  372. "sh" : Script Bash.
  373. <app> est le nom de l'application à laquelle le script est dédié. Ces scripts sont réservés à une application particulière dans le cadres de l'exploitation réccurente de l'application.
  374. V - Description et usage des bibliothèques
  375. 1 - fct_message
  376. Syntaxe: fct_message [-cpt] [-hist] [-nolog] [-debug N] [-color Couleur] "<Message à ecrire>"
  377. Usage: Cette fonction est à utiliser en remplacement de la commande "echo". Elle ajoute l'horadatage au message et gère la ventilation des écritures dans les differents fichiers de traces.
  378. Fonction: Par défaut le message est affiché sur le terminal et est écrit dans le fichier journal ${NC_EXPL_LOG}/<nom_du_script>.log
  379. Les options modifient la destination de l'écriture :
  380. -cpt: Écrit en plus du journal dans le fichier de compte-rendu ${NC_EXPL_CPT}/<nom_du_script>.cpt
  381. -hist: Écrit uniquement dans le fichier d'historique des exécutions ${NC_EXPL_TRC}/<nom_du_script>.hist
  382. -nolog: Inhibe l'écritutre dans le fichier journal
  383. -debug N: N'affiche pas le message sur le terminal mais uniquement dans le fichier journal, à condition que le script soit execute en mode debug de niveau equivalent à "N" via l'option "-dbg N". Par défaut le niveau de debug est 0, ainsi si "N" vaut zero alors le message est écrit uniquement dans le fichier journal.
  384. -color: Affiche le message en couleur. Les couleurs reconues sont : vert, rouge, bleu, cyan, jaune, orange, blanc et noir
  385. 2 - fct_affiche_ligne
  386. Syntaxe: fct_affiche_ligne [entete|pied] <elements>
  387. Usage: Affiche un tableau sur la sortie standard et dans le fichier compte-rendu ${NC_EXPL_ROOT}/<script>.cpt
  388. Fonction: 3 étapes sont nécéssaires pour créer un tableau :
  389. Définition du tableau
  390. Affichage des éléments
  391. Fermeture du tableau
  392. Ces étapes doivent impérativement être suivies et dans cet ordre.
  393. Il n'est pas possible d'imbriquer des tableaux.
  394. Définition: Elle est réalisée par l'appel de la fonction fct_affiche_ligne avec l'argument entête. La forme est alors la suivante :
  395. fct_affiche_ligne entete "{Titre}" "{Colonne_1},{Taille_1}" "{Colonne_2},{Taille_2}" "{Colonne_3},{Taille_3}" "{Colonne_4},{Taille_4}" ...
  396. ou bien:
  397. fct_affiche_ligne entete "{Titre}" "Groupe1({Colonne_1},{Taille_1}:{Colonne_2},{Taille_2})" "{Colonne_3},{Taille_3}" "{Colonne_4},{Taille_4}" "Groupe2({Colonne_4},{Taille_4}:...)"
  398. Affichage des éléments:
  399. fct_affiche_ligne "<Element1>" "<Element2>" ...
  400. Fermeture du tableau: Cette action permet de libérer les variables de session qui ont été créées
  401. fct_affiche_ligne pied
  402. Exemples:
  403. fct_affiche_ligne entete "Un tableau" "C1,10" "C2,10" "c3,10"
  404. fct_affiche_ligne A B C
  405. fct_affiche_ligne 1 "" 3
  406. fct_affiche_ligne pied
  407. affichera:
  408. --------------------------------------
  409. Un tableau
  410. --------------------------------------
  411. C1 | C2 | c3
  412. --------------------------------------
  413. A |B |C
  414. 1 | |3
  415. --------------------------------------
  416. et
  417. fct_affiche_ligne entete "Un Autre tableau" "C1,10" "G1(C2,20:C3,10:C4,3)" "C5,15"
  418. fct_affiche_ligne A B C D E
  419. fct_affiche_ligne 1 "" 3 3 4
  420. fct_affiche_ligne pied
  421. affichera:
  422. ------------------------------------------------------------------------
  423. Un Autre tableau
  424. ------------------------------------------------------------------------
  425. | G1 |
  426. C1 |-----------------------------------------| C5
  427. | C2 | C3 | C4 |
  428. ------------------------------------------------------------------------
  429. A |B |C |D |E
  430. 1 | |3 |3 |4
  431. ------------------------------------------------------------------------
  432. 3 - fct_erreur
  433. Syntaxe: fct_erreur <N>
  434. Usage: Gestion des erreurs d'un script
  435. Fonction: Cette fonction doit etre appelée pour sortir d'un script du socle. Elle affiche le message d'erreur associé au code qui est lu dans le fichier ${NC_EXPL_MSG}/<script>.msg Elle exécute éventuellement une fonction rattachée, spécifiée dans ce même fichier. Elle ferme les fichiers de traces, supprime les fichiers temporaires, libère les semaphores et renvoie un code retour au script appelant.
  436. N est un entier positif dont les valeurs suivantes sont reservées :
  437. 0 : Fin normale du script
  438. 250 : <lib:fct_erreur> Appel de la bibliothèque sans le numero d'erreur (<N> non renseigne !)
  439. 251 : <lib:fct_erreur> La description de l'erreur <N> n'existe pas dans le fichier <script>.msg
  440. 252 : <lib:fct_erreur> Le fichier <script>.msg n'existe pas
  441. 253 : <lib:fct_erreur> La description de l'erreur dans le fichier <script>.msg est incorrecte
  442. 254 : <lib:fct_params> Erreur a été remontée par la bibliothèque
  443. 255 : <lib:fct_erreur> Appel de la bibliothèque avec un numero d'erreur >= 250
  444. 256 : réservé pour un futur usage
  445. Le fichier <script>.msg: Contient les descriptions des codes erreur.
  446. Un code par ligne de la forme:
  447. <NumErreur> | <type> | <action> | <message> ou <fonction>
  448. <NumErreur>: Entier positif identifiant l'erreur
  449. <type>: prend les valeurs erreur, alert ou info. Colorise le message en fonction du type respectivement rouge, orange et bleu
  450. <action>: Action à realiser (continu, stop, exec)
  451. continu: Affiche le message puis rend la main au script
  452. stop: Affiche le message puis sort en erreur
  453. exec: exécute la fonction puis rend la main au script
  454. <fonction>: Fonction à exécuter. Ce champs peut contenir des variables qui seront valorisées.
  455. <message>: Message à afficher (dans les traces et sur la sortie standard). Ce champs peut contenir des variables qui seront valorisées.
  456. 4 - fct_unique_exec
  457. Syntaxe: fct_unique_exec [<nom>] [<Occurences>]
  458. Usage: Empeche l'exécution multiple d'un code par l'acquisition de sémaphore
  459. Fonction: [DOCUMENTATION MANQUANTE]
  460. 5 - fct_libere_exec
  461. Syntaxe: fct_libere_exec [<nom>]
  462. Usage: Libère les sémaphores
  463. Fonction: [DOCUMENTATION MANQUANTE]
  464. 6 - fct_usage
  465. Syntaxe: fct_usage
  466. Usage: Affiche l'aide du script. Ce sont les lignes du cartouche commencant par "##"
  467. Fonction: Cette fonction est uniquement à usage interne du socle. Elle est intégrée à la fonction fct_params.
  468. 7 - fct_rotation
  469. Syntaxe: [DOCUMENTATION MANQUANTE]
  470. Usage: [DOCUMENTATION MANQUANTE]
  471. Fonction: Cette fonction est uniquement à usage interne du socle
  472. 8 - fctpath
  473. Syntaxe: [DOCUMENTATION MANQUANTE]
  474. Usage: [DOCUMENTATION MANQUANTE]
  475. Fonction: Cette fonction est uniquement à usage interne du socle
  476. 9 - fct_params
  477. Syntaxe: fct_params
  478. Usage: Gestion des options et arguments du script
  479. Fonction: Cette fonction est uniquement à usage interne du socle.
  480. Elle est appelée à l'initialisation des variables de session lors du chargement du fichier ${NC_EXPL_CFG}/init.conf
  481. Cette fonction extrait les lignes de déclaration "# OPT:" et les compare aux arguments sousmis au script.
  482. Pour plus d'information voir le paragraphe III-1.1.2